La formule magique du succès

«Jeune, dynamique, innovant». Qui n’a jamais loué son entreprise ou entend le faire avec ces mots-clés pour se vendre sur le marché? Vous êtes en bonne compagnie. Ce slogan revient sans cesse dans les portraits d’entreprises, les petites annonces ou les candidatures. Comme une sorte de cri de guerre et de formule pour un succès garanti.

Mais qu’en est-il réellement? On dit que l’«on a l’âge qu’on veut bien avoir». Nous restons donc éternellement jeunes. En esprit, nous sommes de toute façon dynamiques et nous montrons à ceux qui doutent de notre dynamique physique ce qu’il en est lors du marathon, de l’ascension du sommet le plus haut ou du forum économique en menant une vie sauvage sous la tente. Mais sommes-nous également innovants, autrement dit, novateurs, fantaisistes, imaginatifs, originaux, créatifs? L’invocation systématique de l’innovation par de nombreuses entreprises suggère la production constante de produits nouveaux et performants formidables. Or, les véritables «applications d’exception» sont loin de constituer la règle sur le marché. Être innovant n’est apparemment pas un état permanent, ni la suite logique de la jeunesse et du dynamisme. L’innovation ne s’obtient pas de force. Elle nous touche plutôt sous la forme d’une inspiration. Soudainement, une idée émerge dans notre esprit pour résoudre un problème ou dénouer une situation compliquée ou encore enthousiasmer le client. Nous sommes inspirés. Le mot latin «inspiratio» signifie «animer» ou «insuffler» dans le sens d’une inspiration. Ce n’est qu’après ce trait de génie qu’une innovation active et créatrice est de mise. En matière d’inspirations, notre rôle est plutôt passif. C’est pourquoi nous sommes peut-être plus réceptifs si nous désactivons de temps à autre l’émission permanente de discours d’innovation.

Copyright SRF/Oscar Alessio

Thomas Bucheli