,

L’entière vérité

Dans le cadre de notre travail en tant qu’«Office de l’entière vérité», nous avons demandé quel rôle jouaient la vérité, le mensonge et la confiance dans différents métiers. Un manager nous a opposé une question rhétorique: «Doit-on en fait faire confiance à l’économie?» Il a précisé qu’il était impossible qu’une réunion de CA se «tienne sur le place du marché».

Quand il s’agit de confiance, de transparence et de vérité, les références sont différentes selon les branches professionnelles – ce qui se reflète d’ailleurs aussi dans la perception de la population: elle a particulièrement peu confiance dans les managers. Notre sondage représentatif les répertorie au dernier rang, juste derrière les politiques et les journalistes. Seulement, alors que la population aimerait absolument pouvoir faire davantage confiance à ces derniers, la méfiance envers les managers semble ne pas la perturber.

Et pourtant, ceux-ci seraient bien avisés de ne pas mentir de façon éhontée, d’embellir les chiffres ou de déformer la vérité. Parmi les exemples de mensonges au niveau de la politique, du sport, de l’économie ou de la vie privée, les visiteuses et visiteurs de notre «office» sont particulièrement peu tolérants par rapport aux mensonges économiques. Ils sont tous d’accord: «Ce n’est pas acceptable.»

Notre «Office de l’entière vérité» ne prodigue pas de conseils, il montre la vérité et le mensonge sous un éclairage pluriel et ambivalent, et invite à réfléchir à la relation complexe entre mensonge et vérité. Et c’est même amusant! Tentez l’expérience en cette nouvelle année – notre «office» bien particulier est le lieu idéal pour votre prochaine excursion en famille ou en équipe. Très honnêtement!


Sibylle Lichtensteiger | Texte
Sibylle Lichtensteiger est directrice du Stapferhauses, l’institution culturelle située à la gare de Lenzbourg et qui s’est transformée dans le cadre de l’exposition «FAKE» en «Office de l’entière vérité». L’exposition se poursuit encore jusqu’à fin juin 2020.