Le mot de la fin

Pourquoi quitter un poste qui me comble au quotidien dans la ville la plus visitée au monde pour rejoindre une association que je ne connais pas? Peut-être que la réponse est dans la question. J’aime sortir de ma zone de confort, expérimenter de nouveaux territoires, m’engager pour de nouveaux défis. On a tous une zone de confort qui nous est propre. Et nous avons tous des aspirations différentes à la quitter ou à y rester.

Être cadre ne fait plus rêver peut-on lire ou entendre un peu partout dans les médias. Devons-nous pour autant en déduire que les salariés ne désirant pas accéder au management refusent de sortir de leur zone de confort? Le manque de définition du statut de cadre, la pression et la digitalisation du monde du travail ne sont que rarement identifiés comme acteurs principaux de ce désamour.

Je suis issue de la fameuse génération des Millenials, celle qui est soi-disant inadaptée au monde du travail. Celle habituée à une temporalité plus rapide que celle de l’entreprise. Celle qui ne prend pas le temps de s’épanouir professionnellement et qui manque d’y mettre les moyens, la génération de la work-life-balance. Ce ne sont pas ces caractéristiques générationnelles qui guident ou dictent mes choix. Si je sors aujourd’hui de ma zone de confort, c’est en grande partie grâce aux leaders avec qui j’ai eu la chance de collaborer. Leur leadership m’a insufflé cette envie d’entreprendre et d’apprendre. Ils se reconnaîtront dans ces lignes, je le sais. Merci à eux.

Claire-Lise Rimaz
Claire-Lise Rimaz est la nouvelle directrice de l’ASC en Romandie depuis septembre 2018. Ces cinq dernières années, elle était directrice adjointe et responsable de la communication pour Suisse Tourisme à Paris. Auparavant, elle a occupé différentes fonctions managériales en Suisse romande et alémanique dans les secteurs des médias et de l’évènementiel.