L’autorité du pliant en ville

Le vélo pliant – un produit des années 1970 tombé en désuétude – fait son grand retour. Après la trottinette, les petits vélos pliants offrent aux Londoniens, New-Yorkais et Zurichois un autre moyen de se rendre au travail. Aujourd’hui, il en existe aussi des versions électriques.

Cinq secondes et 19 centièmes – c’est le record du monde du temps de pliage d’un Brompton. Un Brompton n’est pas un vêtement, mais un vélo on ne peut plus anglais: la marque qui porte le nom d’un quartier de Londres est le plus grand fabricant de vélos du Royaume-Uni et est devenue culte à l’international.

Le vélo culte londonien
Les vélos Brompton sont aussi pratiques que solides. Leur mécanisme de pliage en trois temps, qui a fait leur renommée, transforme en 5 secondes (ou un peu plus) un vélo aux petites roues 16 pouces en un paquet de 60 sur 60 sur un peu moins de 30 cm. Une fois plié, le vélo peut être emporté en bagage à main en avion. Déplié, le vélo convient parfaitement à une utilisation quotidienne en ville. Il peut comporter jusqu’à huit vitesses. On peut y fixer d’un geste simple des sacs pour ordinateur portable et documents – fabriqués à la main et disponibles en plusieurs styles possibles, du plus élégant au plus vintage – sous le guidon. Le Brompton peut également être équipé d’un porte-bagages.

Le succès de la marque britannique n’est pas passé inaperçu et a inspiré la commercialisation de nombreux autres vélos similaires (ce qui n’est guère étonnant), dont certains se plient également en trois temps. Sur le vélo britannique, lors du pliage, la roue arrière se rabat devant l’axe transversal, à côté de la roue avant. Une fois plié, c’est le vélo le plus compact du marché.

Pliage en deux ou en trois temps?
Le gros point négatif du vélo Brompton, c’est son prix. La marque britannique créée à Londres il y a près de 55 ans est aujourd’hui la deuxième sur le marché, en nombre de vélos vendus, derrière sa cousine américaine «Dahon» née dans l’Illinois il y a près de 40 ans. Les vélos pliants américains se distinguent par un prix bien inférieur et la possibilité de choisir la taille des roues – qui varie entre 14 pouces (pour un vélo pesant environ 8 kg) et 20 pouces, pour un confort optimal. Une fois pliés, ils prennent cependant plus de place que le Brompton. L’entreprise taïwanaise Tern propose également des vélos de grande qualité qui se rapprochent, par leur mécanisme de pliage en trois temps, du Brompton ou, par leur design, du Dahon. Ce n’est pas un hasard, et c’est source d’un litige depuis plusieurs années: Tern a été créée par l’ex-femme et le fils du fondateur de Dahon, David T. Hon.

Depuis 2011, l’Europe compte aussi ses fabricants de vélos pliants, notamment Müller & Riese, firme allemande, et son vélo «Birdy». Ce vélo de luxe offre une suspension avant et arrière, des freins à disque et un mécanisme de pliage en trois temps encore différent qui lui permet d’être aussi compact que son concurrent britannique. Il faut toutefois y mettre le prix: alors qu’il faudra débourser quelques centaines de francs pour s’offrir un Dahon premier prix et que le vélo de base Brompton affiche déjà un prix à quatre chiffres, le modèle allemand est disponible à partir de 2600 francs.

La taille du vélo plié a été adaptée à l’espace généralement disponible sous les sièges des trains de banlieue, afin que les pendulaires des banlieues puissent venir à vélo jusqu’à la gare et transporter ensuite leur vélo jusqu’au bureau. Ce n’est pas un problème en Suisse car si le vélo est plié et rangé dans une housse (pour ne pas salir les sièges), il peut être transporté gratuitement dans les trains des CFF, au même titre qu’un bagage. Certains vélos sont livrés avec une housse et peuvent être tirés comme une valise une fois la tige de leur selle retirée, grâce à des roulettes se trouvant sur le côté ou que l’on peut ajouter – un atout non négligeable pour qui doit transporter un vélo de 12 kg sur les longs quais de gare suisses.

Des vélos électriques sans compromis Mais alors qu’il existe des vélos et trottinettes électriques disponibles partout en libre-service, quel est l’intérêt d’acheter un vélo? Tous ceux qui sont déjà arrivés en retard à un rendez-vous car ils n’ont pas trouvé de vélo ou de trottinette en libre-service pourront vous répondre.

Il existe des vélos pliants qui proposent aussi une assistance électrique. C’est même un produit suisse, le Flyer Pluto 3.1, qui est un pionnier en la matière. Il est cependant assez lourd (25 kg) et n’est pas particulièrement pratique une fois plié.

Le modèle Vektron de Tern est également remarquable, bien que moins performant que le Brompton électrique. Celui-ci se distingue par sa discrétion:
le vélo culte est équipé d’un moteur latéral pratiquement invisible et relativement léger dans la roue avant. Même la batterie se fait discrète: elle est placée dans un petit sac sur un support fixé sur la colonne de direction ou dans un porte-documents spécialement adapté. Pesant à peine 17 kg, le modèle E-Brompton reste très léger.

Nous l’avons constaté lors de notre test: les vélos pliants modernes sont un bon moyen d’éviter les infarctus précoces et d’arriver à l’heure à ses rendez-vous en ville. En version électrique, ils sont encore plus pratiques et sont (pour l’instant) généralement tolérés dans les bus et les trains.»

 

 

Zweifach- oder Dreifachfaltung?
Der grösste Nachteil der Bromptons ist ihr Preis. Die vor rund 55 Jahren in London gegründete Marke ist heute hinter dem knapp 40 Jahre alten amerikanischen Stiefbruder Dahon aus Illinois die Nummer zwei, was Stückzahlen angeht. Die amerikanischen Falträder zeichnen
sich aus durch deutlich günstigere Modelle und eine Auswahl verschiedener Radgrössen von winzigen 14-Zoll- (das entsprechende Faltrad wiegt gerade noch knapp acht Kilogramm) bis zu den auch in der Fahrt deutlich komfortableren 20-Zoll-Rädern. Sie sind zusammengefaltet etwas grösser als das Brompton. Daneben kommen aus Taiwan die ebenso hochwertigen Bikes der Firma Tern, deren Räder teilweise wie Brompton einen Dreifachfaltmechanismus aufweisen oder im Design nahe an den Dahon-Vorbildern liegen. Was kein Zufall, sondern Grund für einen jahrelangen Rechtsstreit ist: Gegründet wurde Tern nämlich von der Exfrau und dem Sohn des Dahon-Gründers David T. Hon.

Noch vor der äusserst erfolgreichen Marke Tern ab 2011 setzten auch in Europa Nachahmer auf das Faltrad, darunter Müller & Riese aus Deutschland
mit dem Birdy. Dieses De-luxe-Faltrad trumpft mit Federung vorn und hinten, Scheibenbremse und einem nochmals etwas anders gestalteten Dreifachfaltmechanismus auf, der es ähnliche Packmasse wie die Konkurrenz aus England erreichen lässt. Das hat allerdings seinen Preis: Während die Dahons ab einigen Hundert Franken zu haben sind und das Brompton in der Basisversion doch schon deutlich über 1000 Franken kostet, gibts den Deutschen Faltvogel erst ab einem Grundpreis von 2600 Franken.

Massstab für die Packgrösse war bei allen Herstellern das Volumen, das unter den Sitzen typischer Vorstadtzüge zur Verfügung steht, damit Pendler aus Suburbia sportlich zum Bahnhof und in der City zum Büro radeln können. Das ist übrigens auch in der Schweiz kein Problem: Solange das Fahrrad nicht aussieht wie ein Fahrrad und in irgendeiner Form von Hülle steckt (damit keine Sitze beschmutzt werden), kann es wie ein Gepäckstück kostenlos in SBB-Zügen mitgeführt werden. Einige Bikes werden daher gleich mit Überwurfhülle geliefert und lassen sich zusammengefaltet am ausgefahrenen Sattelrohr auf den parallel stehenden oder eigens dafür montierten Stützrädchen schieben wie ein Rollkoffer. Bei einem Gewicht um die zwölf Kilo ist das auf den langen Wegen der Schweizer Bahnperrons durchaus zu begrüssen.

E-Bikes ohne Kompromisse Bleibt die Frage, warum man sich angesichts der überall herumstehenden Leihfahrräder und Elektroroller als Pendler überhaupt noch ein Velo anschaffen soll. Das kann jede und jeder beantworten, die oder der schon mal einen Termin verpasst hat, weil man sich auf die Free-Floating-Verleihfahrzeuge verlassen und keins gefunden hat.

Auf den elektrischen Rückenwind muss übrigens auch bei den Falträdern nicht verzichtet werden: Hier ist mit dem Pluto 3.1 sogar ein Schweizer Produkt des E-Bike-Pioniers Flyer am Start. Es ist allerdings mit 25 Kilogramm eher schwer und zusammengeklappt nicht besonders handlich.

Eher in die Faltveloklasse passt da noch die Serie Vektron von Tern, vor allem aber die elektrifizierte Variante des Brompton. Daran fällt auf, dass nichts auffällt: Dem Kultbike wurde ein praktisch unsichtbarer und relativ leichter Nabenmotor im Vorderrad spendiert – und auch das Akkupack bleibt unsichtbar: Es wird in einer kleinen Tasche an den Halter an der Lenksäule geklickt – oder in eine speziell adaptierte Aktentasche integriert. Mit nicht einmal 17 Kilogramm ist das E-Brompton immer noch sehr leicht.

Uns hat der Selbsttest gezeigt: Die modernen Falträder sind ein probates Mittel gegen frühen Herzinfarkt und späte Ankunft in der Innenstadt; in der E-Version noch dazu sehr bequem und generell in Bus und Bahn (noch) gut geduldet.»