,

Confrontation

01. Quelles sont les qualités qu’un dirigeant moderne doit acquérir?

Stephan Koch: «Une équipe indépendante et motivée est la clé du succès. Le chef actuel doit donc veiller à former une équipe cohérente avec les bonnes personnes et à leur donner les compétences et responsabilités correspondantes. Le leader moderne doit être un auditeur conscient, qui questionne activement et accepte les opinions divergentes. Il doit endosser une fonction de soutien et intervenir en paroles et en actes, en cas de besoin. Face au flux actuel d’informations et de tâches, le leader est un pilier qui peut décider de définir les priorités et orientations stratégiques pour soi-même et pour son équipe.»

Sandra Adlesgruber: «Le dirigeant moderne réagit rapidement à l’évolution des conditions et aux nouvelles exigences. Il reconnaît les opportunités pour son entreprise et est le premier à prendre le train en marche, avant même que d’autres n’y aient pensé. La flexibilité n’est pas un mot étranger, mais doit être vécue au profit du client / projet / succès et ce par toute l’équipe que le dirigeant moderne est à même de motiver. Une direction autoritaire et une hiérarchie rigoureuse sont les pires ennemis de la fantaisie, de la créativité et des nouvelles solutions.»

02. Et lesquelles doit-il oublier?

Stephan Koch: «La pensée et l’action patriarcales relèvent du passé. Car tôt ou tard, on est rattrapé par l’arrogance et l’avidité.»

Sandra Adlesgruber: «On peut sans regret se débarrasser des méthodes rigides, mais sans opérer de modifications trop radicales de la structure de base. Les entreprises ont tout intérêt à se débarrasser des clones troopers fidèles au système. Pour avoir du succès, il faut miser sur des membres créatifs au sein de l’équipe, qui sont également en mesure de reconnaître et d’aborder franchement les faiblesses de l’entreprise. La formule magique consiste en un ensemble hétérogène de compétences et de capacités.»

03. Comment la digitalisation a-t-elle modifié la culture de direction dans votre entreprise?

Stephan Koch: «La digitalisation a produit des instruments innovants. L’aperçu des heures de travail, des KPI importants et les chiffres de vente escomptés d’un clic. La digitalisation peut et doit être utilisée en renfort, mais elle ne doit pas se substituer aux vraies missions d’un dirigeant.»

Sandra Adlesgruber: «Nous avons également dû abandonner de vieilles structures rigides, car elles nuisent à la flexibilité. Les premiers enfants du numérique ont à présent rejoint la direction et la culture de direction est désormais plus ouverte et moins patriarcale et autoritaire, en partie sous leur impulsion.»

 

Stephan Koch | Key Account Manager Christinger Partner AG, Entreprise partenaire ASC

Sandra Adlesgruber | Responsable Marketing, Distribution & Customer Online Campaign Neue Mediengesellschaft Zürich AG, Entreprise partenaire ASC