Elaborer avec conscience la prévoyance du 2e et 3e pilier

Le système suisse de prévoyance doit affronter de grands défis. Les facteurs démographiques, économiques
et financiers ont changé. Le bon conseil consiste à assurer individuellement et à l’avance le temps de la retraite.

C’est surtout la situation financière du 1er pilier qui est préoccupante. Vu que l’AVS est financée par le système de répartition, les travailleurs payent les rentes par leurs cotisations. Depuis 2014, les rentrées de l’AVS sont inférieures aux dépenses. Actuellement, c’est le fonds de compensation qui paie le déficit. Ce capital sera vraisemblablement utilisé en 2030.

Le transfert des risques dans le 2e pilier mène à davantage de prestations
En raison de système de répartition, l’AVS ne peut pas participer au rendement du marché des capitaux. Les taux très bas actuels ne fournissent que de maigres revenus. Grâce au transfert des risques entre les générations, la prévoyance professionnelle peut largement participer au marché financier et des capitaux – avec peu de risques pour les assurés. Le potentiel de performances dû aux conditions-cadre spéciales fait de la prévoyance professionnelle un 2e pilier fort de la prévoyance vieillesse. En outre, elle couvre des risques comme l’invalidité et le décès, ce qui assure l’existence
surtout pour les familles.

Par le rachat dans le 2e pilier, il est possible d’optimiser les impôts
En outre, les lacunes de prévoyances peuvent être comblées par le rachat dans les caisses de pension pour disposer d’une rente vieillesse plus élevés.
Le rachat permet d’optimiser les impôts, puisque le capital prévoyance est exempté des impôts sur la fortune et le revenu. Le rachat lui-même est
également déductible du revenu imposable. Il est donc souvent indiqué de faire des rachats étalés sur plusieurs années pour réduire le taux d’imposition sur le revenu.

Prévoyance individuelle par le pilier 3a
Les taux d’intérêts très bas exigent de planifier et de débuter très tôt le processus d’économies pour la vieillesse. Les initiatives individuelles et la responsabilité sont à l’ordre du jour. Un compte pilier 3a ou une solution titre 3a sont recommandés. Le preneur de prévoyance ne peut disposer des fonds investis dans un pilier 3a lié que cinq ans avant l’atteinte de l’âge de la retraite ordinaire. La contre-prestation par rapport au capital lié consiste en une réduction sur les impôts sur le revenu et la fortune du montant maximal annuel versé, actuellement de respectivement 6826 francs par personne pour celles affiliées à une caisse de pension et de 34 128 francs sans caisse de pension, ceci jusqu’au moment de toucher la retraite. Ainsi, le 3e pilier peut compléter les prestations du 1er et du 2e pilier et tenir compte des besoins et exigences individuels. Le détenteur d’un compte prévoyance 3a disposant d’un capital d’environ 50 000 francs est encouragé à en ouvrir un second pour permettre des paiements échelonnés.

Votre prévoyance
Avez-vous des questions au sujet de la prévoyance?
Adressez vos questions au spécialiste de Liberty Prévoyance à welcome@liberty.ch. Nous répondrons à votre courriel dans un délai d’une semaine. Nous restons bien entendu également à disposition pour un entretien de conseils sur place et sur rendez-vous.