,

L’Impact Hub – ou comment des leaders de l’ancienne et de la nouvelle économie se retrouvent autour de la table

L’Impact Hub est «une source d’innovation et de collaboration», affirme Roger Wüthrich dans GEO. L’Impact Hub Bern se décrit lui-même comme le «meilleur du workspace, du laboratoire d’idées, de l’incubateur d’entreprises et du réseau en un seul lieu». De belles paroles, mais que représentent-elles concrètement? Jetons un œil à la vie intérieure de l’Impact Hub Bern.

Lundi soir, fin octobre 2016, au dernier étage de l’ancien magasin de musique «Krompholz» à Berne: les six fondateurs de l’Impact Hub Bern, tous âgés de 25 à 35 ans, se tiennent sur une estrade artisanale et parlent de «community» et de «start-up». Ils font face à une soixantaine de personnes installées sur des chaises en bois inconfortables qui les écoutent attentivement. Parmi celles-ci, l’entrepreneure Nicole Loeb, l’ancienne ambassadrice américaine Suzie LeVine et Roger Wüthrich, Chief Digital Officer de Swisscom.

C’est la quintessence de l’Impact Hub: réunir des gens qui évoluent dans des univers différents.

Mercredi matin, 6 mois plus tard, dans la même pièce: une quinzaine de personnes se servent de la salade au buffet fait maison, se demandent mutuellement «Qui es-tu?» et bavardent autour d’un repas pris en commun. Un ingénieur américain qui travaille pendant quelques semaines à distance depuis Berne, la créatrice d’une organisation qui aide les réfugiés à devenir entrepreneurs et un informaticien freelance s’entretiennent sur l’influence des médias sociaux en politique. Le membre du comité directeur d’une assurance interroge un concepteur de meubles sur l’engouement pour le «design thinking». Quant au collaborateur d’une start-up de glace végane, il discute avec une collaboratrice de Swisscom et une graphiste des possibilités de commercialisation de glace sans sucre pour les enfants.

C’est la quintessence de l’Impact Hub: réunir des gens qui évoluent dans des univers différents. Ils appartiennent à des start-up, des PME, de grandes entreprises ou à l’administration et cherchent à y créer un réseau. On ne se contente pas d’une location à l’Impact Hub, on en devient membre. Il ne s’agit pas de «co-working», autrement dit de travailler côte à côte, mais de «coworking», à savoir travailler ensemble pour créer la nouveauté.

L’idée n’est pas née à Berne, mais a vu le jour en 2005 à Londres. Un groupe de «social entrepreneurs» cherchait un lieu où travailler ensemble et constituer un réseau. Comme ils n’en ont trouvé aucun, ils l’ont finalement créé eux-mêmes: le premier Impact Hub était né. L’idée s’est propagée au cours des 10 années suivantes et un réseau mondial de plus de 80 hubs a vu le jour. Chaque lieu est néanmoins unique, marqué par ses créateurs respectifs, ses membres et la situation locale.

Le premier Impact Hub en Suisse a ouvert ses portes en 2010 sous les arches du viaduc à Zurich.

Le premier Impact Hub en Suisse a ouvert ses portes en 2010 sous les arches du viaduc à Zurich, suivi de Genève et de Berne. Les hubs suisses comptent plus de 1200 membres, parmi eux des start-up, des freelances, des non-conformistes, des innovateurs et des visionnaires. Ils viennent au Hub pour y travailler dans le coworking space ouvert ou pour utiliser les salles de réunion. Ils interagissent lors des nombreux événements, se soutiennent mutuellement ou lancent de tout nouveaux projets. L’Impact Hub soutient ses membres lors de la réalisation, grâce aux programmes les plus divers tels que le «Business Helpdesk» ou le «Summerpreneurship».

Cela fait longtemps que le joyeux mélange de l’Impact Hub attire également des collaborateurs de PME et de grandes entreprises.

Plonger et expérimenter

Cela fait longtemps que le joyeux mélange de l’Impact Hub attire également des collaborateurs de PME et de grandes entreprises: ils ne veulent pas passer à côté de ce que font les «jeunes loups» et surtout de comment ils le font, car ils bouleverseront le monde de demain. C’est précisément au niveau de cette interface que se situe également l’«Impact Academy» développée par l’Impact Hub. L’avenir du travail devient concevable grâce à des thèmes tels que les nouvelles formes d’organisation, la numérisation ou la génération Y.

Lors du premier Impact-Hub-Event, Nadja Perroulaz de Liip et Adi Bucher de Swisscom se sont exprimés sur scène. Ces deux représentants de sociétés établies ont déjà osé franchir le pas et introduit l’holacratie. Au milieu du popcorn, de la bière et de la musique live, ils ont ainsi répondu aux questions des participants: quel effet cela fait-il de se supprimer soi-même en tant que chef? Que se passe-t-il lorsque les collaborateurs assument vraiment toutes leurs responsabilités? Quand tous les salaires sont non seulement transparents, mais sont aussi négociés ensemble? On retrouve maintenant plus souvent bon nombre de participants au Hub, lors des événements ou pour le coworking. Car il est difficile de résumer dans un texte ou d’exprimer dans une discussion ce que représente l’Impact Hub: il faut s’y plonger et l’expérimenter.

Miriam Gantert