Science des données – la forme moderne des contacts clients

Des données remplacent de plus en plus fréquemment le contact avec les clients. La science des données est donc d’autant plus importante, car elle permet de transformer ces données en informations exploitables. Aucun investissement massif dans l’informatique ni dans des spécialistes n’est absolument requis à cet effet. En matière de protection des données, l’heure n’est cependant pas aux économies, notamment pas à l’avenir. Dr Patricia Feubli, Data Scientist chez SEMSEA Suchmaschinenmarketing AG, explique les avantages de la science des données.

Madame Feubli, qu’est-ce précisément que la science des données et à qui est-elle destinée?

La science des données combine les mathématiques, les statistiques, la technologie de l’information et le savoir-faire dans les affaires pour transformer les données en connaissances. Étant donné que la science des données s’accommode de données et volumes de données très différents, ils conviennent pratiquement à tous.

 

Dr Patricia Feubli, Data Scientist chez SEMSEA Suchmaschinenmarketing AG

 

Où en sont les entreprises suisses en matière de science des données?

Il y a de grosses différences. Certaines entreprises ont leur propre service de science des données et utilisent leurs données de manière systématique et complète. D’autres n’en sont encore qu’au tout début. Il s’agit de déterminer quelles données devraient être recueillies, comment une gestion ordinaire des données peut être mise en place et comment les données peuvent être utilisées de manière profitable.

Quelles sont les réserves suscitées par la science des données dans les entreprises?

Trop compliqué, trop coûteux. De nombreuses entreprises associent la science des données avec l’obligation de procéder à des investissements considérables dans l’informatique, des spécialistes chevronnés et des collectes de données. C’est évidemment possible, mais ce n’est pas une obligation. Il existe des outils flexibles et de qualité avec lesquels il est possible de travailler dans un cadre beaucoup plus modeste, tout en utilisant malgré tout des programmes tels que l’apprentissage automatique.

« Du fait de la numérisation, les données remplacent de plus en plus le contact direct avec les clients dans de nombreux domaines. »

Les projets ne peuvent-ils pas simplement être concrétisés comme précédemment dans les secteurs spécialisés respectifs ou dans le propre service informatique?

Les projets de science des données pourraient en principe être concrétisés sans problème dans les services correspondants, si les connaissances spécialisées correspondantes sont disponibles. De nombreux services ne peuvent toutefois pas concrétiser de tels projets, parce qu’ils sont déjà totalement voués à leurs activités de base. La mise en œuvre d’un projet de science des données requiert d’importantes ressources.

Comment peut-on concilier la science des données et la protection des données?

La protection des données ou la protection de la personnalité sont des conditions de base pour une analyse professionnelle et sérieuse des données. Si l’on souhaite réaliser des projets conformes à la protection des données, il faut préalablement (par exemple sur le site Internet) informer les personnes qui fournissent des données de l’utilisation de celles-ci et demander leur consentement.

« Des algorithmes ou des ordinateurs reconnaissent des schémas dans les données, sont capables d’apprendre sur cette base et réagissent de manière autonome à de nouvelles situations. »

Quelles sont les tendances à long terme de la science des données?

L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique comme domaine partiel de la science des données vont prendre de l’importance à l’avenir. Autrement dit des algorithmes ou des ordinateurs qui reconnaissent des schémas dans les données, qui en tirent des connaissances et qui peuvent ensuite réagir correctement à des situations nouvelles. Le développement des technologies de reconnaissance vocale en fait également partie, par exemple Alexa chez Amazon ou Siri chez Apple. L’analyse et l’utilisation des données de l’Internet des objets (Internet of Things, IoT) devraient également prendre de l’importance à l’avenir, car de plus en plus d’appareils et de produits sont équipés de capteurs et peuvent communiquer entre eux. La réglementation de la protection des données et de l’utilisation des données sera sans doute aussi sensiblement renforcée à l’avenir.

Andrej Voina