Confrontation

01. Quel rôle joue la hiérarchie dans votre entreprise?
02. Comment l’autorité se définit-elle au sein de votre entreprise?
03. Quelle influence ont vos collaborateurs?

01. Notre entreprise comptant environ 500 collaborateurs, elle est d’une taille gérable. Nous avons donc adopté une hiérarchie horizontale. Toutefois, beaucoup de choses ont changé lorsque nous avons déployé une gestion de projet agile. Désormais, les collaborateurs et acteurs d’un projets ont une influence notable sur son déroulement et ses résultats. Cette méthode a fait ses preuves.

01. Si par «hiérarchie», vous entendez le pouvoir de disposer des collaborateurs comme c’est le cas dans de nombreuses entreprises, je vous réponds ceci: la hiérarchie est inutile, voire nocive pour les personnes et les entreprises. Par contre, si par «hiérarchie», vous entendez la structuration du travail, alors elle est très importante pour assurer la transparence et l’efficacité.

02. Le terme d’«autorité» a souvent une connotation négative. Certaines personnes ont de l’autorité du fait de leur fonction, d’autres du fait de leur personnalité et de leur image. Pour nous, l’autorité est aujourd’hui davantage une question de personnalité et de respect. Elle reflète de plus en plus de solides compétences sociales et méthodologiques. L’autorité ne se décrète pas, elle s’acquiert. Toujours plus de collaborateurs acquièrent de l’autorité par la collaboration, le travail en agilité et la transformation numérique, alors même qu’ils n’exercent pas de fonction de direction.

02. Chez Liip, nous avons adopté l’organisation autonome dans une démarche d’holacratie. Dans notre entreprise, l’autorité est répartie entre tous les collaborateurs. Chaque fonction et chaque service a une autorité absolue. Les collaborateurs décident eux-mêmes, dans leur fonction, de leurs priorités et ressources. Cela ne signifie pas pour autant que tout le monde fait ce qu’il veut, au contraire. Tout ceci est encadré par des règles claires.

03. Nos collaborateurs ont la possibilité de participer aux prises de décisions. Nous avons mis en place une plateforme interne de proposition d’idées et organisons chaque semestre un Design Challenge. Cela motive nos collaborateurs à participer au développement de notre banque. Toutes les idées proposées sont lues et étudiées par un conseil d’innovation qui décide d’y donner suite ou non. Enfin, une idée est sélectionnée et l’on met au point ses applications possibles.

03. Nos collaborateurs ont énormément d’influence. Ils décident eux-mêmes de leur méthode de travail, de leurs horaires et de leurs objectifs. Nous n’imposons aucun objectif individuel. Les collaborateurs doivent toutefois réaliser les objectifs liés à leur(s) fonction(s). Chacun peut adapter la structure de l’équipe et de l’entreprise en cas de tension. Cela améliore notre capacité d’innover car, dans un système holacratique, la charge de la preuve est renversée: si quelqu’un souhaite s’opposer à un changement, à lui de prouver que ce changement est néfaste pour l’entreprise.

Sandra Lienhart und Nadja Perroulaz