, , ,

Comparaison

La start-up médicale zurichoise Cutiss et l’entreprise lausannoise créatrice de logiciels médicaux Mindmaze évoquent la zone de tension entre réglementation et créativité.

Fabienna Hartmann-Fritsch (droite) est CTO et Claudia Sax Steffen Manager Administrative de la société CUTISS AG sise à Zurich. Elle fabrique des substituts de peau personnalisés, actuellement en phase de tests cliniques. Ces substituts de peau peuvent aider les patients qui souffrent d’altérations cutanées, comme des brûlures ou des corrections de cicatrice, requérant un traitement chirurgical.

Tej Tadi est le fondateur de MINDMAZE, une spinoff de l’EPFL , créée en 2012. Elle développe des interfaces homme-machine intuitives pour les patients et utilisateurs dans différents domaines. L’entreprise sise à Lausanne possède des filiales à San Francisco, au Royaume-Uni, en France et en Roumanie. © 2016 Robert Huber

La réglementation constitue-t-elle un frein à la créativité de votre entreprise?

Tej Tadi, Mindmaze: Oui et non. Le domaine médical est certes réglementé, mais de manière très pragmatique. Le respect des directives de réglementation peut certes freiner le développement, c’est un fait, mais cela ne signifie pas forcément que la créativité s’en trouve altérée. Lorsque l’on approfondit l’étude du marché de façon à obtenir une vue d’ensemble du processus global et des objectifs en termes de sécurité et de performance, il devient plus aisé de saisir le bien-fondé de la réglementation et de comprendre que créativité et réglementation peuvent coexister.

Claudia Sax Steffen et Fabienne Hartmann-Fritsch, Cutiss: Nous sommes actifs dans le domaine des études cliniques, où réglementation et contrôles jouent un rôle déterminant. Avant d’approcher le domaine clinique, il est possible de procéder à de nombreux tests et tenter de mettre en œuvre les idées novatrices et créatives. Par contre, dès que l’on touche aux applications à l’être humain, non seulement la réglementation peut constituer un frein, mais elle peut même carrément porter un coup fatal à une idée créative.

Où se situe le conflit essentiel et où des compromis sont-ils réalisables?

Mindmaze: Le lancement sur le marché d’une toute nouvelle technologie est une affaire complexe – surtout à cause de la réglementation. Il est nécessaire de faire appel au monitoring, à la surveillance et d’apporter des preuves concrètes afin d’obtenir une autorisation. Faute de précautions, un produit précurseur peut devenir caduc avant même de pouvoir être considéré comme apte au marché. Des compromis sont possibles dès lors que l’on associe au processus d’autorisation les Best Practices issues d’autres domaines d’activités.

Cutiss: Les compromis sont impossibles en matière de recherche clinique. La sécurité est toujours prioritaire lorsqu’il est question d’utilisation sur l’être humain. De nombreux points doivent être satisfaits avant que la mise en œuvre d’une nouvelle idée créative devienne réalité.

La créativité requiert aussi un certain pilotage: à quoi ressemble votre gestion des idées?

Mindmaze: Avec une vision claire et une équipe exceptionnelle – ce dont nous pouvons fort heureusement nous targuer – nous pouvons poser les jalons dans un délai acceptable, sans devoir rogner sur la créativité. Pour y parvenir, il faut permettre à l’équipe de développer ses forces, et veiller à ce que chacun demeure concentré sur l’objectif.

Cutiss: Dans notre cas, la gestion des idées est la recherche fondamentale. Grâce à une activité d’expérimentation permanente, elle génère de nouvelles découvertes, souvent surprenantes. Pour ce faire, il convient de tester, clarifier et optimiser de nouvelles approches, et essayer de développer de nouvelles idées.

 

Muriel Bekto – Microsoft

Leaders inspirieren ihre Mitarbeiter mit einer starken Vision, gestalten eine Kultur des Empowerments und des kontinuierlichen Lernens und “walk the talk”.